Lecture

[Lecture] « Et à la fin ils meurent, la sale vérité sur les contes de fées » de Lou Lubie

De passage en librairie ce week-end, je suis revenue avec une belle BD sur les contes, d’une autrice que je ne connaissais pas, Lou Lubie. Je l’ai lu pratiquement d’une traite et … j’ai beaucoup aimé !

Et à la fin ils meurent, Lou Lubie, novembre 2021, Editions Delcourt

Au milieu des rayons, « Et à la fin ils meurent » attire l’œil : c’est un bel objet avec une couverture cartonnée de couleur vert sapin agrémentée de doré, des symboles qui ne laissent pas indifférente la conteuse que je suis (la pomme, la grenouille, la couronne, etc.), un petit format. Il ressemble à s’y méprendre à … un livre de conte d’autrefois.
Sauf que les personnages présentés sont tout déglingués : une princesse manchotte, un prince à qui on a vraisemblablement arraché les yeux et un petit chaperon rouge cannibale. Le ton est donné. Je n’ai pas cherché à en savoir plus, il était dans mon panier, prêt à être dévoré !

Et à la fin ils meurent, Lou Lubie, novembre 2021, Editions Delcourt

L’ouvrage se présente comme une enquête sur les contes avec en toile de fond une question « les contes sont-ils encore adaptés à notre époque?« 
Lou Lubie, qui a scénarisé, écrit et dessiné la BD décortique donc les contes classiques et leur donne un éclairage historique, analytique et symbolique.
Elle part donc du début, en expliquant la multitude de versions qu’a connu un conte avant d’arriver jusqu’à nous en mentionnant différents collecteurs. Puis elle nous donne à lire d’autres manières de découvrir Cendrillon, Barbe Bleue… Elle se promène à travers les notions de motifs, de symboles et raconte des contes moins connus.

Et à la fin ils meurent, Lou Lubie, novembre 2021, Editions Delcourt

J’ai adoré ce livre. C’est très bien documenté, on sent que Lou Lubie sait de quoi elle parle et ça reste accessible grâce à un sens du rythme maîtrisé et un ton enlevé. Car c’est aussi très drôle et léger : les récits sont truffés d’humour et son trait est simple et efficace. J’aime aussi beaucoup la colorisation et la prise en main de l’objet. Pour les plus numériques d’entre nous, une version augmentée existe : il suffit via l’application Delcourt Soleil + de scanner les pages contenant une grenouille pour avoir accès à des compléments d’infos, d’autres contes, etc. Personnellement, je suis moins sensible à ce type de bonus mais j’ai trouvé que la mise en page était bien réussie, en adéquation avec le thème !

Et à la fin ils meurent, Lou Lubie, novembre 2021, Editions Delcourt

En tant que conteuse, je trouve ça vraiment chouette de voir un tel ouvrage sortir, notamment après la polémique qu’il y a eu cette année autour du consentement et du baiser dans Blanche-Neige ou la Belle au Bois Dormant. Il y a une forme de méconnaissance des contes qui sont parfois vus comme de simples histoires pour enfant, ou comme des récits à prendre dans leur sens littéral.

Si les contes ont traversé les époques, les cultures et parfois les civilisations, c’est bien qu’ils sont porteurs de messages universels. Messages qui viennent dialoguer, à la manière des rêves avec notre inconscient de par leur langage symbolique.
Les contes sont riches, ils sont complexes, ils sont singuliers et ils méritent bien des éloges. Cette BD en est un. Puisse-t-elle vous (re)donner envie de se plonger dans cette matière passionnante et foisonnante !

Présentation vidéo par Lou Lubie :

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s